Les Mammifères du Paillon

Les Mammifères ne sont pas rares dans le Paillon, mais leurs mœurs discrètes, et souvent nocturnes, peuvent les rendre difficiles à observer.

Les noctambules niçois commencent à être familiers des escapades des Sangliers (Sus scrofa) dans le Paillon. Le Rat brun (Rattus norvegicus), qui apprécie les milieux humides, est également très fréquent dans le Paillon

Mammals are not rare in the Paillon, but their discreet, and often nocturnal habits make them hard to watch.

Nice night dwellers are now pretty accustomed to the presence of Boars (Sus scrofa) in town; Brown Rat (Rattus norvegicus), that like wet areas, is also usual there.


Le Rat brun est un bon nageur. Fréquent dans le Paillon, il creuse ses galeries dans les berges.

Cependant, les Mammifères restent généralement assez discrets, et il faut se fier à des indices indirects pour attester de leur présence :

Mammals, though, use to be quite shy, and one needs to rely on indirect evidence to confirm their presence:


Ces indices permettent de comprendre que les Mammifères du Paillon sont peu diversifiés (comparativement à d'autres taxons), mais qu'ils sont plutôt abondants.

These evidences help understanding that the Paillon Mammals are few diversified (compared to other taxons), but that they are pretty common.

On trouve des traces très anciennes des Mammifères qui ont fréquenté le Paillon, par les restes fossilisés qu'ils ont laissé, et notamment sur le site de Terra Amata à Nice, où les premiers habitants d'Europe les ont chassés, au Pléistocène, il y a environ 380 000 ans : on sait ainsi que le Sanglier fréquentait déjà le lit du fleuve, et que l’Éléphant antique (Palaeoloxodon antiquus), et le Rhinocéros de prairie (Stephanorhinus hemitoechus) était autrefois abondants dans le delta du fleuve, où les hommes ont pu les chasser.

Very old vestiges of the Mammals that roamed the Paillon are found, as the fossils they left, including in the Terra Amata site in Nice, where the first European hunted them during the Pleistocene, about 380,000 years ago : thus we know the boar yet roamed the river bed, and that the Straight-Tusked Elephant (Palaeoloxodon antiquus), and the Narrow-Nosed Rhinoceros (Stephanorhinus hemitoechus) one were abundant in the river delta, were the men could hunt them.


Reconstitution d'une scène qui aurait pu être observée dans le lit du Paillon durant le Pléistocène, il y a environ 380 000 ans : un Éléphant antique évolue parmi la végétation avec son petit.

Posted by fabienpiednoir fabienpiednoir, October 19, 2018 09:17

Comments

Thumb

Avant je voyais parfois des campagnols, qui étaient chassé par le Faucon crécerelle, mais ça fait un moment que j'en vois plus, comme les couleuvres d'ailleurs, ça fait des années que j'en vois plus du tout alors que j'en croisais assez souvent, parfois de gros spécimen vraiment impressionnant.

Posted by fabd06 7 months ago (Flag)
Thumb

Pas encore vu de campagnols ; pour les couleuvres, je compte m'intéresser prochainement aux reptiles : le site me semble trop adéquat pour les serpents pour qu'ils en soient totalement absents.
Actuellement, l'herpétofaune, à ma connaissance, est constituée du Lézard des murailles et de la Tarente de Maurétanie. La Tortue d'Hermann est connue dans le Paillon à l'état de fossile ; elle était présente au Pléistocène, et semble avoir disparu. J'aimerais bien en être sûr, cela ferait un bon exemple d'évolution.

Posted by fabienpiednoir 7 months ago (Flag)
Thumb

J'ai déjà vu des tortues, pas sur de l'espèce, mais je pense que c'est des gens qui s'en débarrasse, la 1er fois elle était grosse, vivante, et dans les feuillages, la deuxième en revanche n'était qu'une carcasse : https://www.faune-paca.org/index.php?m_id=54&mid=51401

Posted by fabd06 7 months ago (Flag)
Thumb

Comme celle qui était dans le bec du goéland ? ;-)

C'est une observation très intéressante, elle a été prise dans le Paillon ? Je pense que l'on peut descendre jusqu'au genre, Testudo : pour moi, c'est ou bien une Tortue d'Hermann (T. hermanni), ou bien une Tortue des Maures (T. graeca). N'étant pas un expert, je ne sais pas les différencier, d'autant que leur classification est soumise à débat.

En tous cas, quoique rare, elles sont bien originaires de la région, et même si elles sont parfois conservées en captivité, cela n'en fait pas forcément des "évadées". Elles sont présentes dans le Paillon depuis le Pléistocène au moins, il faut que je retrouve la page du livre. J'essaie de me rapprocher d'un herpétologue depuis quelques temps, pour tenter d'en savoir plus...

Posted by fabienpiednoir 7 months ago (Flag)

Add a Comment

Sign In or Sign Up to add comments

Is this inappropriate, spam, or offensive? Add a Flag