Journal archives for December 2020

December 23, 2020

New Goals for Citizen Science in 2021


The results are in. Despite the pandemic, or maybe because of it, 2020 was an amazing year for iNaturalist Canada, and experts are hopeful participation will continue to multiply.

“This is a huge increase from last year,” said James Pagé, species at risk and biodiversity specialist with the Canadian Wildlife Federation (CWF). “But we need to keep up the momentum in 2021.”

CWF has set a goal of five million observations by May 22, International Day of Biodiversity, and is hoping to see a real boost from the City Nature Challenge Canada taking place from April 30 to May 3. So far, 25 Canadian cities have registered. Find out more by visiting CityNatureChallenge.ca. “The observations gathered by everyday people are critical to our understanding of how the pandemic has affected the behaviors of wildlife and people,” Pagé, said.

There have been some significant finds on iNaturalist this year, such as the first occurrence in North America of the invasive Elm Zigzag Sawfly that is now being tracked to help prevent the species from taking hold in Canada.

Since its launch in 2015, iNaturalist Canada uptake has grown exponentially. Keeping with this trend, at the end of 2019 there were about two million observations and 60,000 people contributing. By the end of 2020, participation roughly doubled.

“The pandemic has encouraged the public to spend more time in nature and has allowed some wildlife populations to benefit from reduced traffic and noise,” Pagé said. Scientists continue to monitor populations and are relying on citizens to help be their eyes and ears in all the provinces and territories.
“As more and more people record their observations in iNaturalist Canada, we are making a difference for Canada’s wildlife by building a living record of life that scientists and environmental managers can use to monitor and conserve our biodiversity.”

Through the free iNaturalist app and iNaturalist.ca, the public can upload photos and sound recordings of wildlife and plants, which are then automatically identified and reviewed by experts online.

Des nouveaux objectifs du côté de la science citoyenne en 2021

Malgré la pandémie, ou peut-être à cause de celle-ci, l’année 2020 fut une année extraordinaire pour iNaturalist Canada, et les experts croient que le taux de participation va continuer d’augmenter.

« C’est une hausse énorme depuis l’an passé », exprime James Pagé, agent des programmes sur les espèces en péril et la biodiversité à la Fédération Canadienne de la faune (FCF). « Mais nous devons garder le rythme en 2021. »

Comme objectif, la FCF espère atteindre le cap des cinq millions d’observations d’ici le 22 mai, Journée internationale de la biodiversité; elle compte également sur le Défi nature urbaine qui aura lieu du 30 avril au 3 mai pour lui donner une bonne poussée. Jusqu’à présent, 25 villes canadiennes s’y sont inscrites. Pour plus de détails, visitez le Definatureurbaine.ca.

« Les observations recueillies par monsieur et madame Tout-le-monde sont essentielles pour comprendre l’effet que la pandémie a eu sur le comportement de la faune et sur celui des gens », ajoute M. Pagé.

Il y a également eu d’importantes découvertes sur iNaturalist cette année, comme la première apparition en Amérique du Nord de la tenthrède en zigzag de l'orme, une espèce envahissante. Cette espèce est maintenant suivie de près dans le but de l’empêcher de se propager au Canada. Depuis son lancement en 2015, l’usage d’iNaturalist Canada a augmenté de façon exponentielle. Effectivement, à la fin de 2019, on comptait environ deux millions d’observations et 60 000 usagers; le taux de participation a presque déjà doublé depuis ce temps-là.

« En raison de la pandémie, beaucoup de gens ont passé plus de temps dans la nature. La faune, de son côté, a su profiter de la réduction de la circulation et du bruit », explique M. Pagé. Les scientifiques continuent ainsi à surveiller les populations fauniques et floristiques et comptent sur l’apport des citoyens dans chaque province et territoire. « Comme il y a de plus en plus de gens qui enregistrent leurs observations dans iNaturalist Canada, ceci nous permet d’agir concrètement en faveur de la faune : nous sommes en train d’établir un registre vivant de la nature que les scientifiques et gestionnaires environnementaux peuvent utiliser pour surveiller et conserver notre biodiversité. »

Avec l’application gratuite iNaturalist et iNaturalist.ca, le public peut télécharger des photos et des enregistrements sonores de la faune et de la flore, qui sont ensuite automatiquement identifiés et vérifiés par des experts en ligne.

Posted on December 23, 2020 19:45 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment