December 23, 2020

New Goals for Citizen Science in 2021


The results are in. Despite the pandemic, or maybe because of it, 2020 was an amazing year for iNaturalist Canada, and experts are hopeful participation will continue to multiply.

“This is a huge increase from last year,” said James Pagé, species at risk and biodiversity specialist with the Canadian Wildlife Federation (CWF). “But we need to keep up the momentum in 2021.”

CWF has set a goal of five million observations by May 22, International Day of Biodiversity, and is hoping to see a real boost from the City Nature Challenge Canada taking place from April 30 to May 3. So far, 25 Canadian cities have registered. Find out more by visiting CityNatureChallenge.ca. “The observations gathered by everyday people are critical to our understanding of how the pandemic has affected the behaviors of wildlife and people,” Pagé, said.

There have been some significant finds on iNaturalist this year, such as the first occurrence in North America of the invasive Elm Zigzag Sawfly that is now being tracked to help prevent the species from taking hold in Canada.

Since its launch in 2015, iNaturalist Canada uptake has grown exponentially. Keeping with this trend, at the end of 2019 there were about two million observations and 60,000 people contributing. By the end of 2020, participation roughly doubled.

“The pandemic has encouraged the public to spend more time in nature and has allowed some wildlife populations to benefit from reduced traffic and noise,” Pagé said. Scientists continue to monitor populations and are relying on citizens to help be their eyes and ears in all the provinces and territories.
“As more and more people record their observations in iNaturalist Canada, we are making a difference for Canada’s wildlife by building a living record of life that scientists and environmental managers can use to monitor and conserve our biodiversity.”

Through the free iNaturalist app and iNaturalist.ca, the public can upload photos and sound recordings of wildlife and plants, which are then automatically identified and reviewed by experts online.

Des nouveaux objectifs du côté de la science citoyenne en 2021

Malgré la pandémie, ou peut-être à cause de celle-ci, l’année 2020 fut une année extraordinaire pour iNaturalist Canada, et les experts croient que le taux de participation va continuer d’augmenter.

« C’est une hausse énorme depuis l’an passé », exprime James Pagé, agent des programmes sur les espèces en péril et la biodiversité à la Fédération Canadienne de la faune (FCF). « Mais nous devons garder le rythme en 2021. »

Comme objectif, la FCF espère atteindre le cap des cinq millions d’observations d’ici le 22 mai, Journée internationale de la biodiversité; elle compte également sur le Défi nature urbaine qui aura lieu du 30 avril au 3 mai pour lui donner une bonne poussée. Jusqu’à présent, 25 villes canadiennes s’y sont inscrites. Pour plus de détails, visitez le Definatureurbaine.ca.

« Les observations recueillies par monsieur et madame Tout-le-monde sont essentielles pour comprendre l’effet que la pandémie a eu sur le comportement de la faune et sur celui des gens », ajoute M. Pagé.

Il y a également eu d’importantes découvertes sur iNaturalist cette année, comme la première apparition en Amérique du Nord de la tenthrède en zigzag de l'orme, une espèce envahissante. Cette espèce est maintenant suivie de près dans le but de l’empêcher de se propager au Canada. Depuis son lancement en 2015, l’usage d’iNaturalist Canada a augmenté de façon exponentielle. Effectivement, à la fin de 2019, on comptait environ deux millions d’observations et 60 000 usagers; le taux de participation a presque déjà doublé depuis ce temps-là.

« En raison de la pandémie, beaucoup de gens ont passé plus de temps dans la nature. La faune, de son côté, a su profiter de la réduction de la circulation et du bruit », explique M. Pagé. Les scientifiques continuent ainsi à surveiller les populations fauniques et floristiques et comptent sur l’apport des citoyens dans chaque province et territoire. « Comme il y a de plus en plus de gens qui enregistrent leurs observations dans iNaturalist Canada, ceci nous permet d’agir concrètement en faveur de la faune : nous sommes en train d’établir un registre vivant de la nature que les scientifiques et gestionnaires environnementaux peuvent utiliser pour surveiller et conserver notre biodiversité. »

Avec l’application gratuite iNaturalist et iNaturalist.ca, le public peut télécharger des photos et des enregistrements sonores de la faune et de la flore, qui sont ensuite automatiquement identifiés et vérifiés par des experts en ligne.

Posted on December 23, 2020 19:45 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

November 24, 2020

What Can iNaturalist Tell Us About Monarchs in Canada?


By Sara Cecile

Most people can identify the tell-tale orange and black patterns of a Monarch Butterfly, a staple species in Canada.


But did you know that this beautiful butterfly is also at risk? The Monarch is assessed as Endangered by the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC).



A Monarch Butterfly observation from iNaturalist user Paul Tavares.

The Monarch Butterfly is a unique species which migrates annually from breeding grounds in southern Canada to its overwintering habitats in the south. There are two Canadian populations of Monarch: the western population, which breeds in B.C. and migrates to California, and the eastern population, which is distributed from Alberta to the Maritimes and overwinters in Mexico.


Monarch migration pathways
Monarch migration pathways.

This impressive insect faces many threats and is in need of conservation action. In an attempt to discover more about the Monarch Butterfly in Canada, I reviewed the current data available on iNaturalist (a citizen science project that documents wildlife) to see if I could find any patterns or interesting information about this species at risk. Here’s what I found.

There have been over 13,000 observations of Monarchs in Canada on iNaturalist!



Map of Canada showing all iNaturalist research grade observations of Monarchs in Canada 2008-2020
Map of Canada showing all iNaturalist research grade observations of Monarchs in Canada 2008-2020.

This is an amazing number of observations. Due to an exponential increase in iNaturalist observers over time, the number of observations of Monarchs in Canada have greatly increased over the years. As a potential result of this increase, the active season of the Monarch in Canada has been observed getting longer each year, with sightings as early as April and sometimes lasting into November.


Number of research grade observations of Monarchs in each province from 2008-2020
Number of research grade observations of Monarchs in each province from 2008-2020.

Some of the locations of observations were surprising, as Monarchs were sighted in areas outside of their normal Canadian range. One of the sightings was in Gros Morne National Park, Newfoundland. Yes, Monarchs crossed the Atlantic to reach the island of Newfoundland! Another Monarch was observed in northern Ontario near James Bay! The northernmost observation was near Edmonton, Alberta.

The number of Monarch observations in Canada weren’t as high in 2020 as they were in 2019.



Number of iNaturalist research grade observations of Monarchs in Canada each year from 2008 to 2020.
Number of iNaturalist research grade observations of Monarchs in Canada each year from 2008 to 2020. Note that 2020 observations only include up to the end of July.

Comparing the number of observations from January to mid-September for 2019 and 2020, there are about 1,000 fewer observations in 2020. This defies the general trend of increasing observations annually, begging the question if 2020 was not a great year for the Monarch.

How To Help


There are many ways you can help the Monarch and help monitor this species. You can start by further educating yourself, as there are many resources available to you online including Hinterland Who’s Who, Monarch Watch, Monarch Joint Venture, Journey North, and Mission Monarch.

Monarchs depend on milkweed plants to lay their eggs on and feed them in their caterpillar stage, so planting local species of milkweed is an action you can take to help the Monarch. You can also plant other native wildflowers that produce nectar for the adult Monarchs to feed on.

Check out our blog on how to create your own mini Monarch meadow! Want to contribute to science? You can by documenting your observations of Monarchs using iNaturalist.

Qu’est-ce qu’iNaturalist peut nous dire au sujet du papillon monarque au Canada?

Par Sara Cecile

La plupart des gens peuvent identifier les motifs noirs et orange du papillon monarque, une espèce emblématique du Canada.

Mais saviez-vous que ce magnifique papillon est aussi une espèce en péril? Le monarque est désigné comme étant une espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).


Un papillon monarque
Un papillon monarque enregistré par l’utilisateur d’iNaturalist Paul Tavares.

Le papillon monarque est une espèce unique qui migre annuellement de ses aires de reproduction dans le sud du Canada vers ses habitats d’hivernage dans le sud. Il y a deux populations canadiennes de monarques : la population de l’ouest, qui se reproduit en C.-B. et migre vers la Californie, et la population de l’est, répartie de l’Alberta jusqu’aux Maritimes, qui se rend au Mexique l’hiver.


Voies migratoires du papillon monarque.
Voies migratoires du papillon monarque.

Cet impressionnant insecte est confronté à de nombreux défis. Nous devons agir maintenant pour le conserver. Afin d’en apprendre plus sur le papillon monarque au Canada, j’ai examiné les données disponibles dans iNaturalist (un projet de science citoyenne qui consigne les animaux sauvages) pour voir s’il existait des tendances ou des renseignements importants sur cette espèce en péril. Voici ce que j’ai trouvé.

Il y a plus de 13 000 observations de monarques au Canada dans iNaturalist!


Carte du Canada qui indique toutes les observations de papillons monarques de calibre «  recherche » au Canada dans iNaturalist de 2008 à 2020.
Carte du Canada qui indique toutes les observations de papillons monarques de calibre « recherche » au Canada dans iNaturalist de 2008 à 2020.

C’est beaucoup d’observations! En raison de l’augmentation exponentielle d’observateurs dans iNaturalist au fil des ans, le nombre d’observations de papillons monarques s’est accru. Comme résultat potentiel de cette augmentation d’observations, la saison active des monarques au Canada semble être plus longue tous les ans, des observations ayant été enregistrées aussi tôt qu’avril et aussi tard que novembre.


Nombre d’observations de papillons monarques de calibre « recherche » dans chaque province de 2008 à 2020.
Nombre d’observations de papillons monarques de calibre « recherche » dans chaque province de 2008 à 2020.

Certains des endroits où l’on a observé des monarques étaient étonnants, car ils étaient à l’extérieur de leur aire de répartition habituelle. Une des observations était dans le parc national du Canada Gros Morne à Terre-Neuve-et-Labrador. Oui, le monarque avait traversé l’Atlantique pour se rendre sur l’île de Terre-Neuve! Un autre monarque a été observé dans le nord de l’Ontario près de la baie James! L’observation la plus au nord été à Edmonton en Alberta.

Le nombre d’observations de papillons monarques au Canada était moins élevé en 2020 qu’en 2019.


NuNombre d’observations de papillons monarques de calibre « recherche » au Canada dans iNaturalist de 2008 à 2020
Nombre d’observations de papillons monarques de calibre « recherche » au Canada dans iNaturalist de 2008 à 2020. Il est à noter que les observations affichées pour 2020 s’arrêtent à la fin de juillet.

En comparant le nombre d’observations de janvier à la mi-septembre de 2019 et de 2020, on remarque qu’il y a environ 1 000 observations de moins en 2020, ce qui va à l’encontre de la tendance générale de l’augmentation du nombre d’observations annuellement et nous mène à penser que 2020 n’a pas été une très bonne année pour le monarque.

Façons d’aider

Il y a plusieurs façons d’aider le monarque et de surveiller l’espèce. Vous pouvez commencer en vous renseignant davantage. De nombreuses ressources sont accessibles en ligne, dont Faune et flore du pays, Monarch Watch, Monarch Joint Venture, Journey North et Mission Monarch.

Le monarque dépend de l’asclépiade pour pondre ses œufs et le nourrir au stade de chenille. Vous pouvez donc en planter pour aider ce papillon. Vous pouvez aussi cultiver d’autres fleurs sauvages qui produisent du nectar comme source de nourriture pour le papillon adulte.

Consultez notre blogue sur la façon de créer votre propre petit pré pour le papillon monarque! Voulez-vous contribuer à la science? Vous pouvez consigner vos observations de monarques dans iNaturalist.

Posted on November 24, 2020 15:13 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

October 15, 2020

An Amateur’s Appreciation of iNaturalist Can Lead to Professional Insights | On peut se servir d’iNaturalist comme amateur et en tirer des perspectives professionnelles


By Kim MacDonald

Thanks to COVID-19, my outings have been limited to walks around my neighbourhood for months.


I have a dog, so this isn’t exactly unusual. But it’s forced me to pay attention to my surroundings and realize that I have very limited knowledge about nature. Sure, I can tell the difference between a maple tree and an oak, but so can most fifth graders.

This is where the iNaturalist app comes in. Rather than wondering “what is that ugly weed?” I can snap a photo of it with the app and find out immediately. I’ve learned that there are a lot of invasive species in my local woods, by the way. I’m not sure if I should be worried, but it seems ominous.

The app is also good for when I come home late at night and notice a giant bug on my front step guarding the door like a sentry. What could THAT be? No need to wonder. I just creep up slowly with my phone and take aim. Instantly, I’m told it’s a cicada. Whew! Nothing to worry about.

I was FaceTiming with my daughter who mentioned an alien bug, which she had never seen before and by whom she was quite alarmed. “Send me a picture!” I told her. I uploaded her photo into the iNaturalist app and voila! It determined that what she had seen was a Pelecinid wasp. I can say with confidence that is even creepier than the cicada.

My neighbours have gardens. Their flowers and vegetables like to make their way on to our side of the fence. I have no problem with this since it adds some greenery to our relatively stark backyard. I have a pool surrounded by concrete. This is a great app to figure out what your neighbours are growing and unintentionally sharing with you. It looks like I have some beans and a few broad-leaved sweet peas to enjoy.

buckthorn
Buckthorn | Kim MacDonald, iNaturalist.ca

Recently, someone tweeted to me a picture of an insect and they asked me if I knew what it was. Why they asked me, I can’t tell you. I suppose since I talk about the weather for a living, they figure I know a thing or two about nature as a whole. Now that I have iNaturalist, I feel as though I am an expert! Turns out that B.C. bug was a Western Conifer Seed Bug and the person on Twitter was, from what I could tell, duly impressed.

This is a pretty fun app. It educates and gives you instant gratification. It’s also used for collecting information. The kind of data conservationists can really use to determine how species are doing and where they are showing up. Now, I’m not only helping myself but in a very real way, I’m helping the planet.

If you find yourself sticking to your neighbourhood like I am these days, do yourself a favour and download iNaturalist. You can document all the flora and fauna around your home, knowing that you are an unofficial scientist and playing an important role in conservation. You’ll also have a better answer to the question, “What did you do during the pandemic?” than binge watched Tiger King and Too Hot To Handle.

Par Kim MacDonald

Grâce à la COVID-19, mes sorties se limitent depuis des mois à des marches dans mon quartier.

J’ai un chien, alors ce n’est pas vraiment inhabituel. Mais ça m’a obligée à porter attention à mon environnement et à me rendre compte que ma connaissance de la nature est très limitée. Certes, je peux distinguer un érable d’un chêne, mais la plupart des élèves de cinquième année en sont également capables.

C’est là qu’intervient l’application iNaturalist. Plutôt que de me demander : « C’est quoi, cette mauvaise herbe moche? », je peux en prendre une photo avec l’application et le savoir immédiatement. D’ailleurs, j’ai appris qu’il y a beaucoup d’espèces envahissantes dans les bois de ma région. Je ne sais pas trop si je dois m’inquiéter, mais ça ne semble pas de bon augure.

L’application est aussi utile quand je rentre tard à la maison et aperçois un insecte géant qui se tient devant ma porte d’entrée comme une sentinelle. Qu’est-ce que ça peut bien être? Pas besoin de m’interroger longtemps. J’ai juste à m’approcher tout doucement avec mon téléphone et à viser. Instantanément, on me dit que c’est une cigale. Fiou! Aucune raison de m’inquiéter.

Pendant une conversation FaceTime, ma fille m’a mentionné une bibitte qu’elle n’avait jamais vue avant et devant laquelle elle était fort alarmée. « Envoie-moi une photo! », lui ai-je dit. J’ai téléversé sa photo dans l’application iNaturalist et le tour était joué! Ça a déterminé qu’elle avait vu une guêpe pélicinide. Je peux vous dire sans hésiter que c’est encore plus épeurant qu’une cigale.

Mes voisins ont des jardins. Leurs fleurs et leurs légumes se disséminent volontiers de notre côté de la clôture. Ça ne me pose pas problème puisque ça ajoute un peu de verdure dans ma cour qui en manque. J’ai une piscine entourée de béton. L’application est excellente pour savoir ce que vos voisins cultivent et qu’ils partagent avec vous de manière non intentionnelle. Il semble que j’ai la chance d’avoir quelques fèves et quelques pois vivaces.


buckthorn
Buckthorn | Kim MacDonald, iNaturalist.ca

Récemment, quelqu’un m’a présenté une photo d’un insecte sur Twitter en me demandant si je savais ce que c’était. Je ne pourrais vous dire pourquoi cette personne s’est adressée à moi. Peut-être que le fait que je gagne ma vie en parlant de la météo l’amène à supposer que je m’y connais un peu en ce qui a trait à la nature dans son ensemble. Maintenant que j’ai iNaturalist, je me sens comme une experte! L’insecte en question, de Colombie-Britannique, s’est révélé être une punaise occidentale des cônes, et la personne qui s’était adressée à moi sur Twitter m’a semblé assez impressionnée.

C’est donc une application pas mal intéressante. Elle renseigne et vous donne immédiatement satisfaction. On s’en sert aussi pour recueillir des informations. Le type de données que les défenseurs de l’environnement peuvent réellement utiliser pour déterminer comment se portent les espèces et où on les trouve. Je fais ainsi quelque chose d’utile non seulement pour moi, mais, de manière bien réelle, pour la planète.

Si vous non plus vous ne quittez pas votre quartier ces temps-ci, faites-vous le plaisir de télécharger iNaturalist. Vous pourrez identifier toutes les espèces végétales et animales que vous voyez autour de chez vous, en sachant que vous exercez une activité scientifique à titre non officiel et jouez un rôle important pour la conservation. Vous aurez aussi, à la question « Qu’avez-vous fait durant la pandémie? », une meilleure réponse que celle d’avoir regardé tous les épisodes d’Au royaume des fauves et de Séduction haute tension.

Posted on October 15, 2020 18:18 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

October 01, 2020

Science in Action: Random Find on iNaturalist Leads to Huge Discovery | La science en action : une observation fortuite dans iNaturalist mène à une découverte d’importance


Picture this: a person walks past a tree with a leaf that has been obviously chewed by an insect.

They snap a photo of a pretty distinctive zigzag pattern that it made and posts it on iNaturalist.ca. The person has no idea what it might be and hopes maybe the iNaturalist community might be able to help.



Observation by Alain Hogue

The observation catches the attention of an entomologist who then shows it to an expert in Germany and another in the United States. Turns out this random find is the discovery of the first ever occurrence of the invasive Elm Zigzag Sawfly in North America. As if elm trees needed another pest to deal with after Dutch Elm Disease having worked away on these trees since the 1940’s.

The agency in charge of invasive species that attack plants (the Canadian Food Inspection Agency, aka CFIA) caught wind of this find. In response, it set up monitoring traps and confirmed the presence of the insect. On the observation post, the Agency thanked the iNaturalist observer.

“We are looking into its distribution in Canada. iNaturalist community has been tremendously helpful!” ~Natural Resources Canada

Natural Resources Canada has published information about the Zigzag Sawfly and this find in their Simply Science magazine to encourage others to keep an eye out for this potential pest. This species naturally occurs in Asia and was found to be introduced in Europe in 2003, where it has since become established.

The Value of iNaturalist

This is iNaturalist in action. Its participants are helping Canada’s wildlife. Even a seemingly insignificant observation can lead to a major discovery.

Detecting new invasive species early on before they take hold is critical to curb their spread before they become unmanageable.

As for the observer, he has inspired others (including a scientist at the Montreal Insectarium) to take a second look at elm leaves. There are now 13 observations of the Elm Zigzag Sawfly in North America, all centered around southern Quebec.

We can all help track and curb the spread by checking any elm leaves you see and reporting these distinctive zigzag patterns using iNaturalist.ca or the free iNaturalist app.

Beyond that, all your observations contribute to the knowledge of Canadian biodiversity. You never know when one of your observations may turn out to be a momentous discovery.


Imaginez : vous passez à côté d’un arbre avec une feuille qui a été rongée par un insecte.

Vous prenez une photo du motif distinctif en forme de zigzag et vous la téléchargez dans iNaturalist.ca. Vous n’avez aucune idée de quoi il s’agit, et vous espérez que quelqu’un dans iNaturalist pourra vous aider.



Observation par Alain Hogue

L’observation retient l’attention d’un entomologiste qui la montre à un expert en Allemagne et un autre aux États-Unis. Il s’agit de la première occurrence en Amérique du Nord de la tenthrède en zigzag de l'orme, une espèce envahissante. Comme si l’orme avait besoin d’un autre fléau après avoir lutté contre la maladie hollandaise de l’orme depuis 1940.

L’organisme responsable des attaques d’espèces envahissantes contre les plantes indigènes (l’Agence canadienne d’inspection des aliments – ACIA) a eu vent de l’observation. En réponse, il a installé des pièges et a confirmé la présence de l’insecte. L’ACIA a même remercié l’observateur dans iNaturalist.

« Nous examinons sa répartition au Canada. La communauté iNaturalist a été extrêmement utile. » Ressources naturelles Canada

Ressources naturelles Canada a publié de l’information sur la tenthrède en zigzag de l'orme dans le magazine La science simplifié pour encourager les gens à garder les yeux ouverts pour cet insecte potentiellement nuisible. Il s’agit d’une espèce indigène de l’Asie qui a été introduite en Europe en 2003, où elle s’est depuis établie.

La valeur d’iNaturalist

Cette histoire est une histoire d’iNaturalist en action. Les observations apparemment fortuites de particuliers téléchargées dans iNaturalist peuvent mener à des découvertes d’importance.

Il est essential de découvrir les nouvelles espèces envahissantes tôt, avant qu’elles ne s’enracinent ici.
L’observateur, quant à lui, a inspiré d’autres personnes (y compris un chercheur de l’Insectarium de Montréal) à observer les feuilles d’orme. Il y a maintenant 13 observations de tenthrèdes en zigzag de l'orme en Amérique du Nord, toutes dans le sud du Québec.

Nous pouvons surveiller l’infestation de cet insecte et la freiner en examinant les feuilles d’ormes et en téléchargeant nos observations dans iNaturalist.ca ou l’application gratuite d’iNaturalist.
Des plus, vos observations dans l’ensemble contribuent au corpus de connaissances sur la biodiversité canadienne. Vous ne savez jamais quand une de vos observations pourrait devenir une découverte monumentale!

Posted on October 01, 2020 02:41 by cwf_tobi cwf_tobi | 2 comments | Leave a comment

September 21, 2020

Canadians Contribute Millions of Observations for a New 50 Million Global Record! | Nouveau record mondial de 50 millions d’observations – dont quelques millions faites par des Canadiens!


As of September 20, 2020, iNaturalist has more than 50 million records of wild biodiversity with photos or sounds, which allowed verification by the iNaturalist community — Canada contributing almost four million to that total.

This year, despite a pandemic and numerous natural disasters, the resilient iNaturalist community continues to forge new connections and discoveries. It has been just 13 months since we passed 25 million observations—continuing iNaturalist’s trend of roughly doubling the number of observations and participants each year since 2012.

Want to know where those 50 million observations were found and what species they were? Check out the breakdown on the iNaturalist.org blog > (English only)


En date du 20 septembre 2020, iNaturalist compte plus de 50 millions d’observations de la biodiversité sauvage! C’est 50 millions de photos et d’enregistrements sonores pouvant être vérifiés par la communauté iNaturalist. Et de tous les pays qui contribuent, le Canada est au second rang au chapitre du nombre d’observations enregistrées!

Cette année, malgré une pandémie et plusieurs désastres naturels, la communauté résiliente d’iNaturalist continue de créer de nouveaux liens et de faire de nouvelles découvertes. Nous avions atteint les 25 millions d’observations il n’y a que 13 mois; ceci va avec la tendance qui indique que depuis 2012, on double à peu près le nombre d’observations et de participants chaque année.

Ça vous intéresse d’en savoir un peu plus sur ces 50 millions d’observations? Il y a un blogue sur iNaturalist.org (en anglais seulement).

Posted on September 21, 2020 14:18 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

September 15, 2020

Why Everyone Should Join CWF Observation Nation | Pourquoi nous devrions tous être membres des BioObservateurs de la FCF

By Caitlin Brant

red squirrel
An American Red Squirrel in Algonquin Provincial Park uploaded to the project Observation Nation @cwf_cbrant

Looking to include your photos in more of a Canadian project community?

Make sure to join CWF’s Observation Nation on iNaturalist.ca

The Observation Nation project was created by the Canadian Wildlife Federation to build an active community, track species and inspire conservation of Canada’s biodiversity.

Originally launched in March 2020 as ‘Observations from Isolation,’ the goal of the project is to connect people to nature in their everyday lives, whether in their backyard, a park or on a hike. Once you join, everything you upload to iNaturalist within Canada will start being automatically added to the Observation Nation project.

I’ve been an observer in iNaturalist.ca for a while now. I love the ability to have endless knowledge of biodiversity as well as connections to experts right at my fingertips. It’s almost like a mobile game, where the better you get at taking photos and identifying species, the more you contribute to scientific research and, in the case of Observation Nation, win prizes!

Rewarding Observations

There will be a prize draw for observers and identifiers for the months of August, September and October 2020. For observations, you’ll get one entry for your first observation of the month and an additional entry for every 10 observations you make after that! You will also receive one entry for your first verified identification and one for every 10 verified identifications you make within the project. Please read the contest rules and regulations here. You must be a member of the CWF Observation Nation project on iNaturalist Canada to win!

You can also receive prizes simply by making observations and hitting key milestones. Observation Nation’s milestones contest rewards you for 300, 750 and 1,000 observations made during the contest period from July 15, 2020 to October 31, 2020.

Enjoy inatting!

Par Caitlin Brant

red squirrel
@cwf_cbrant

Vous aimeriez que vos photos fassent partie d’un projet à l’échelle du Canada?

Alors devenez membre des BioObservateurs de la FCF sur iNaturalist.ca.

Le projet BioObservateurs fut lancé par la Fédération canadienne de la faune afin de créer une équipe active d’utilisateurs, de surveiller la situation des espèces, et d’inspirer les gens à conserver la biodiversité du Canada.

En mars 2020, au moment de son lancement, le projet était intitulé « Observations en isolement ». Le projet cherche à rapprocher les gens de la nature à tout moment de la vie quotidienne : dans leur cour privée, au parc, en randonnée. Une fois membre, toutes les observations faites au Canada que vous téléverserez seront automatiquement ajoutées au projet BioObservateurs.

De mon côté, je suis abonnée à iNaturalist depuis un petit bout de temps. Quand j’ajoute mes observations, j’adore avoir accès à toutes ces connaissances sur la biodiversité, en plus de pouvoir si facilement communiquer avec des experts. C’est comme un jeu vidéo mobile : plus on s’améliore en photographie et en identification des espèces, plus on contribue à la recherche scientifique et, dans le cas des BioObservateurs, plus on gagne de prix!

Des récompenses pour les observations

Il y aura un tirage pour les observateurs et identificateurs à la fin des mois de septembre et octobre 2020. Pour les observations, vous obtiendrez une inscription au concours avec votre première observation de chaque mois, puis chaque fois que vous ajouterez 10 observations après ça, vous obtiendrez une autre inscription! Quant aux identifications, c’est semblable : vous obtiendrez une inscription avec votre première identification vérifiée, puis une autre inscription chaque fois que 10 de vos identifications subséquentes seront vérifiées. Veuillez lire le règlement du concours ici. Vous devez être membre du projet BioObservateurs dans iNaturalist Canada pour pouvoir gagner.

Et entre le 15 juillet et le 31 octobre 2020,
vous pouvez également gagner des prix lorsque vous franchissez ces étapes: 300, 750 et 1000 observations vérifiables.

Amusez-vous bien!

Posted on September 15, 2020 20:53 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment