June 02, 2021

Freshwater Turtles On the Road Again



By Mackenzie Burns




Spring is here once again, and when things start to return to a sense of normalcy, you may find yourself driving more.

Similarly, many creatures are also starting to travel in the spring. Among these are the turtles that are frequently seen on the road this time of year.

Turtles are at risk on roads for many reasons.

  1. They are slow moving.
  2. Their reflex when in danger is to hide in their shell.
  3. They have a bad habit of nesting on unpaved road shoulders, putting expectant mothers and hatchlings at risk.
  4. They move from one wetland to another over the season. In fact, one Blanding’s Turtle can make use of half a dozen different wetlands over the spring and summer.
Overall, road mortality is a major factor in declining freshwater turtle populations.

One of the Most Endangered Groups of Animals in Canada

blandings turtle
How to safely carry a turtle across the road.

Turtles are of particular concern to us here at the Canadian Wildlife Federation since all eight species in Canada are listed as species at risk. This makes them one of the most endangered groups of animals in Canada. Part of this is because turtles do not handle many new threats brought on by human interactions very well. After all, this group of animals has remained relatively unchanged from the time of the dinosaurs. We can all do our part to help the turtles:
  1. Please slow down around wetlands!
  2. If it is safe to do so, help any turtles you find on the road. Pull completely off the road onto the road shoulder and put on your vehicle’s four-way flashers. Do not enter the roadway if it is not safe to do so.

We encourage you to submit any turtle sightings to iNaturalist.ca, in particular two projects: Help the Turtles and Canadian Amphibians and Reptiles on Roads. Many turtles found crossing the road are females looking for places to lay their eggs. Pulling over for a turtle may be a small act, but taking a few extra minutes to help a turtle safely reach the other side of the road will very likely save its life and may help future generations.

Les tortues reprendre la route

Par Mackenzie Burns

Le printemps est de retour et, lorsque le monde retournera un peu plus à la normale, il se pourrait que vous vous trouviez davantage sur la route.

De façon similaire, de nombreuses créatures commencent à se déplacer au printemps. Parmi celles-ci, on peut compter les tortues qu’on retrouve fréquemment sur la chaussée durant cette période de l’année. Les tortues sur la chaussée sont à risque pour plusieurs raisons :

  1. Elles se déplacent lentement.
  2. Elles se cachent par réflexe dans leur carapace lorsqu’elles sont en danger.
  3. Elles ont la mauvaise habitude de construire leur nid sur des accotements non pavés, mettant ainsi à risque la maman et les jeunes tortues.
  4. Elles se déplacent d’une terre humide à l’autre durant la saison. En effet, la tortue mouchetée peut utiliser une demi-douzaine de terres humides au courant du printemps et de l’été.


Dans l’ensemble, la mortalité sur les routes est une des causes principales du déclin des populations de tortues d’eau douce.

Les tortues sont un des groupes d’animaux les plus menacés du Canada

blandings turtle
Façon sécuritaire d’aider une tortue à traverser la chaussée.


Les tortues nous préoccupent particulièrement ici, à la Fédération canadienne de la faune, car toutes les huit espèces canadiennes sont inscrites sur la liste des espèces en péril. Il s’agit donc d’un des groupes d’animaux les plus menacés du Canada. Une des raisons qui explique cette situation, c’est que les tortues ne sont pas bien équipées pour gérer les nouvelles menaces causées par les humains. Après tout, ce groupe d’animaux demeure relativement inchangé depuis l’aire des dinosaures. Nous pouvons tous faire notre part pour aider les tortue:

  1. Ralentissez près des terres humides!
  2. Si c’est sécuritaire de le faire, aidez les tortues que vous trouvez sur la chaussée. Garez votre voiture sur l’accotement et mettez vos clignotants d’urgence. Accédez à la chaussée que si c’est sécuritaire de le faire.



Nous vous encourageons aussi à soumettre vos observations de tortues dans deux projets particuliers d’iNaturalist.ca : Aidons les tortues et Canadian Amphibians and Reptiles on Roads.

De nombreuses tortues qui traversent la chaussée sont des femelles à la recherche d’un endroit pour pondre leurs œufs. Le fait de s’arrêter pour aider une tortue sur la chaussée peut sembler un petit geste, mais les quelques minutes requises pour veiller au déplacement sécuritaire de cet animal peuvent lui sauver la vie et assurer la survie des générations futures.

Posted on June 02, 2021 20:33 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

April 16, 2021

What can iNaturalist Tell us About Barn Swallows?



By Mackenzie Burns

Have you had the opportunity to spot one of these flighty little birds?

If so, you'll likely remember seeing their dark blue silhouettes flashing about as they swooped and soared over a field or open water body. They might occasionally display their distinctive long tail streamers as they eat (and drink) on the wing. Or perhaps you saw them at their nest, a curious little construction either in a barn or stuck to the side of a building that the parents painstakingly created one mud ball at a time. What you may not realize is that this is a migratory bird whose range spans every continent except Antarctica.


barn swallow
Perching Barn Swallow in Etobicoke, Ontario (Photo by iNaturalist user bkinder832) May 31, 2017

The Barn Swallow is also a species at risk in Canada.

Why At-risk?

It’s believed that Barn Swallows are in decline worldwide due to the use of pesticides, as well as the destruction of older buildings that they use to nest. But this has yet to be determined with certainty.

Where in the World...?


barn swallow map
Barn Swallow observations in Canada from iNaturalist

As an experiment, I took to iNaturalist.ca to see what the data could tell us about when and where these birds are found Canada. With over 2,000 observations of this species in Canada as of the summer of 2020, iNaturalist.ca certainly had lots of information to go through.

The first finding, which will probably not come as a surprise, is that most of the observations are near our country’s southern border. After all, Canada does contain the northern limit of their summer range. This didn’t stop one individual though, from visiting the northern end of Baffin Island!

It was also clear that sightings of this species were clustered around major cities. The Toronto area and Vancouver were the major hotspots, with another modest peak spread throughout the Maritime Provinces, and very localized clusters around cities in the Prairie Provinces. Despite their range being mostly restricted to the southern portion of the country, some pairs travelled up to the Yukon to nest.

Timing is Everything

The other aspect that I looked at was when Barn Swallows were seen in Canada. For the most part, they were arriving in late March or early April, displaying peak activity in May and leaving by the end of October. This being said, as of the summer of 2020, Barn Swallows have been sighted in Canada every month of the year except December.

Tempering the Data


barn swallow nest
A parent Barn Swallow approaching nest with young in Surrey, British Columbia (Photo by iNaturalish user freddyma), Oct 26, 2020

Although iNaturalist.ca is a good platform for reporting basic species information, some caution should be exercised when using its data.

For example, it was previously mentioned that Barn Swallows are more often observed around cities but there are also more iNaturalist.ca users here, so is this trend because there are more observers or more birds? Similarly, if there are no reports from a remote area, is it because the species isn’t present or because there are too few observers?

Either way, the quality of the information iNaturalist.ca provides can always be improved with more users submitting their observations! As such, I encourage everyone to check out the platform. Even if you have no intention of leaving the city, it’s an interesting place to share amazing photos of wildlife and learn.

Que peut nous dire iNaturalist au sujet des hirondelles rustiques?

Par Mackenzie Burns

Avez-vous eu l’occasion d’apercevoir l’un de ces petits oiseaux frivoles?

Si c’est le cas, vous vous souvenez probablement d’avoir entraperçu leurs silhouettes aux reflets bleu foncé plongeant ou planant au-dessus d’un champ ou d’un plan d’eau libre. Les hirondelles rustiques se distinguent également par leurs longues queues fourchues qui se dévoilent pendant qu’elles mangent (et boivent) en plein vol. Ou peut-être avez-vous vu ces oiseaux dans leurs nids, curieuses petites constructions minutieusement assemblées une boule de boue à la fois, abritées dans une grange ou collées sur le mur d’un bâtiment. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que les hirondelles rustiques sont des oiseaux migrateurs dont l’aire de répartition s’étend sur tous les continents en dehors de l’Antarctique.


barn swallow
Hirondelle rustique perchée à Etobicoke (Ontario) (Photo de l’utilisateur d’iNaturalist bkinder832) 31 mai 2017

L’hirondelle rustique est aussi une espèce en péril au Canada.

Pourquoi en péril?

On pense que les hirondelles rustiques sont en déclin dans le monde entier en raison de l’utilisation des pesticides et de la destruction des bâtiments anciens qu’elles utilisent pour nicher. Mais cette situation n’a pas encore été confirmée avec certitude.

Où dans le monde...?


barn swallow map
Observations d’hirondelles rustiques au Canada consignées sur iNaturalist

À titre expérimental, j’ai consulté iNaturalist.ca pour voir ce que les données consignées peuvent nous dire au sujet de quand et où se trouvent ces oiseaux au Canada. Avec plus de 2000 observations de cette espèce réalisées au Canada au cours de l’été 2020, iNaturalist.ca contient beaucoup d’informations.

La première constatation, qui ne surprendra probablement pas, est que la plupart des observations ont eu lieu à proximité de la frontière sud de notre pays. Après tout, la limite septentrionale de l’aire de répartition estivale des hirondelles rustiques se trouve au Canada. Cela n’a cependant pas empêché une hirondelle de visiter le nord de l’île de Baffin!

Il est également clair que les observations de cette espèce sont concentrées autour des grandes villes. Les régions de Toronto et Vancouver sont les principaux points chauds, avec une autre concentration modeste dans l’ensemble des Provinces maritimes et des groupes très localisés autour des villes des provinces des Prairies. Bien que l’aire de répartition des hirondelles rustiques soit principalement limitée au sud du pays, certains couples se sont rendus jusqu’au Yukon pour nicher.

Tout est affaire de calendrier

J’ai aussi examiné à quel moment les hirondelles rustiques ont été aperçues au Canada. La plupart arrivent fin mars ou début avril, avec un pic d’activité en mai, et elles repartent fin octobre. Cependant, depuis l’été 2020, des hirondelles rustiques ont été observées au Canada tous les mois de l’année sauf en décembre.

Tempérer les données


barn swallow nest
Hirondelle rustique approchant de son nid et de ses petits, à Surrey (Colombie-Britannique) (Photo de l’utilisateur d’iNaturalist freddyma), 26 octobre 2020

Bien qu’iNaturalist.ca soit une plateforme digne d’intérêt pour la consignation d’informations de base sur les espèces, une certaine prudence est de mise lors de l’utilisation de ces données.

Il a par exemple été mentionné précédemment que les hirondelles rustiques sont plus souvent observées autour des villes, mais c’est aussi dans les villes que se trouvent davantage d’utilisateurs d’iNaturalist.ca. Aussi le plus grand nombre d’observations est-il dû à la présence de plus nombreux observateurs ou de plus nombreux oiseaux? De même, l’absence de signalements dans les régions éloignées est-elle liée à l’absence de l’espèce ou à celle des observateurs?

Quoi qu’il en soit, la qualité de l’information qu’iNaturalist.ca est en mesure de fournir peut toujours être améliorée si davantage d’utilisateurs soumettent leurs observations! En tant que tel, j’encourage donc tout le monde à utiliser cette plateforme. Même si vous n’avez pas l’intention de quitter la ville, il s’agit d’un site intéressant de partage de photos étonnantes de la faune et d’apprentissage.

Posted on April 16, 2021 15:27 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

March 30, 2021

Are You Ready for iNaturalist’s 2021 Spring City Nature Challenge?



By David DeRocco

There’s nothing wrong with a little friendly competition, and the 2021 City Nature Challenge certainly qualifies.

The City Nature Challenge (CNC) was first established as a friendly competition between organizers in San Francisco and Los Angeles. The core goal of the initiative remains to this day to unite the world in an international effort to track wildlife. As more than 500 cities from 40+ countries attempt to make the most observations of wildlife during the upcoming event from April 30 to May 9, 2021, that spirit remains strong today.

Canada Counts

mapRegistration has since closed for this year’s event. However, 2021 sees a record number of Canadian cities involved in the challenge.  From Halifax to Vancouver Island, keen wildlife observers in 23 Canadian cities will be putting their iNaturalist apps to good use. They will work to upload more observations and species identifications than any other city while still helping Canada’s national total.

Given the fact the CNC takes place in April does put Canadian cities at a slight disadvantage: the chances of any one of the 23 participating Canadian cities being under a blanket of snow in late April is always a possibility. Hoping for the best while planning for the worst is always a key element of event planning, and there are a few things organizers can be doing to get ready.

1. Start an iNaturalist project to log observations

For starters, establishing an iNaturalist project for the event is critical. Using iNaturalist, participants in CNC can act as “citizen scientists” contributing valuable observations for biodiversity research and conservation. By joining the CNC Canada umbrella project page on iNaturalist.ca, participants will have their observations added automatically in each city, at the same time contributing to Canada’s national total.

2. Encourage participants to gain familiarity with the iNaturalist platform prior to the start

There is nothing worse than being a keener but unable to use the tools to participate. To help avoid this problem, encourage your participants to download the app and log on to iNaturalist before the challenge and in order to explore the tool. This will help eliminate any confusion over its functionality. There are some useful “how-to” videos on the platform to help users new to the platform.

3. Get as many people to participate as possible

Of course, the most important goal for CNC organizers is to get as many people participating as possible in each city. Given fluctuating COVID-19 restrictions across the country, most events are being designed for virtual execution. That will allow participants to get involved while adhering to safety and social distancing protocols.

Inspiring people to get involved in each city will require some focused outreach.  That can include contacting local governments to see if each city will officially embrace CNC as a great recreational activity people can enjoy in isolation.  While many of the CNC events are being organized independently, some projects are being led by the appropriate department in the local government.

Other groups are trying to align with local conservation groups, bird watching clubs, geo-cashing enthusiasts, field naturalists, Scouts and Guides, conservation authorities and even local school boards. All of these groups make great partners that can help contribute to observation numbers during the event.

A Competition with Purpose

cityscapeLast year 41,000 people in 244 cities participated, registering over 815,000 observations of more than 32,000 species including over 1,300 rare or endangered species. The impact CNC has on recording biodiversity is vitally important to scientists who use the iNaturalist database for research. For those cities involved, CWF also has many resources and templates available to help assist in promotion of your 2021 event.

Good luck, and happy iNat’ing!!

Learn more about the City Nature Challenge.

Êtes-vous prêt pour le Défi nature urbaine d’iNaturalist du printemps 2021?

Par David DeRocco


Le défi nature urbaine vise à attiser la rivalité amicale entre les villes

Au tout début, ce sont des organisateurs de Los Angeles et de San Francisco qui ont créé le Défi nature urbaine comme compétition amicale entre les deux villes rivales. Or, l’objectif principal de l’initiative demeure d’unir la planète dans un effort collectif international pour surveiller la faune. Et cette vision tient toujours : plus de 500 villes de quelque 40 pays tenteront d’enregistrer le plus d’observations possible durant cet événement qui se déroulera du 30 avril au 9 mai 2021.

Canada Counts

turtle mobileIl n’est plus possible de s’inscrire à l’activité cette année, mais un nombre record de villes canadiennes y participeront. D’Halifax à l’île de Vancouver, d’enthousiastes observateurs de 23 villes canadiennes feront bon usage de leur application iNaturalist. Ils tenteront d’enregistrer plus d’observations et d’identification d’espèces que toute autre ville canadienne, tout en contribuant au total national.

Étant donné que le Défi nature urbaine a lieu en avril, les villes canadiennes pourraient subir un léger désavantage : il y a toujours un risque qu’une de nos 23 villes participantes soit ensevelie sous la neige. Voici donc ce que les organisateurs peuvent faire pour prévoir le pire, tout en espérant pour le meilleur.

1. Créez un projet dans iNaturalist pour enregistrer les observations

Il est essentiel de commencer en créant un projet dans iNaturalist pour l’activité. Grâce à iNaturalist, les participants au Défi nature urbaine peuvent devenir des « citoyens scientifiques » et contribuer de précieuses observations pour les recherches sur la biodiversité et la conservation. En se joignant à la page Défi nature urbaine Canada dans iNaturalist.ca, les observations des participants de chaque ville seront automatiquement ajoutées au total du pays.

2. Encouragez les participants à se familiariser avec la plateforme iNaturalist avant de commencer

Rien de pire qu’être prêt à participer, mais incapable d’utiliser les outils nécessaires. Pour éviter ce problème, encouragez les participants à télécharger l’application iNaturalist avant la journée de l’activité et y ouvrir une session pour essayer les outils. Ainsi, les participants sauront bien comment ça fonctionne. La plateforme inclut aussi des vidéos qui expliquent aux utilisateurs quoi faire.

3. Tentez de recruter autant de participants que possible

Évidemment, le but ultime est de recruter autant de participants que possible dans chaque ville. Étant donné les restrictions relatives à la COVID-19 qui changent constamment dans les villes partout au pays, les activités peuvent être exécutées de façon virtuelle. Ainsi, les participants pourront prendre part à l’événement tout en respectant les protocoles de sécurité et de distanciation sociale.

Il faudra déployer des mesures de rayonnement ciblées dans chaque ville pour inciter les gens à participer, ce qui pourrait inclure communiquer avec votre municipalité pour lui demander de promouvoir officiellement le Défi nature urbaine comme activité récréative à laquelle peut participer la population, même en isolement.  Tandis que la majorité des activités du Défi nature urbaine sont organisées par des particuliers, certains projets sont dirigés par les municipalités mêmes.

Certains groupes tentent aussi de s’associer avec des groupes de conservation ou d’ornithologie, des enthousiastes de géocachette, des naturalistes sur le terrain, des groupes de Scouts et de Guides, des offices de protection de la nature et même des conseils scolaires. Tous ces groupes constituent d’excellents partenaires qui peuvent contribuer au total des observations enregistrées durant l’événement.

Une compétition avec une cause

cityscapeL’an dernier, 41,000 personnes de 244 villes ont participé à l’événement et ont enregistré plus de 815 000 observations de plus de 32 000 espèces, dont quelque 1 300 espèces rares ou en voie de disparition. Le Défi nature urbaine est essentielle au suivi de la biodiversité pour les chercheurs qui utilisent la base de données d’iNaturalist. La FCF offre de nombreux modèles et ressources aux villes participantes pour les aider à promouvoir l’activité de cette année.

Bonne chance!!

Consultez le lien suivants pour en savoir plus sur le Défi nature urbaine.


Posted on March 30, 2021 20:56 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

March 04, 2021

Volunteers Needed to Monitor Northern Limit of Western Chorus Frog Range





Photo: Annie Langlois | hww.ca

Frogs will soon be calling, and we are calling on YOU!

With the start of spring, western chorus frogs (WCF) will soon start calling from their breeding wetlands within southwestern Ontario! For the past three years, Blazing Star Environmental has partnered with Canadian Wildlife Service and Trent University to create a volunteer-based, long-term, range-wide monitoring program for the WCF in Ontario. The program launched in 2020 and we are excited to announce that it will be running again in spring 2021!

Surveying for WCF poses challenges because the range is large, and the calling season is short. While Blazing Star Environmental is determined, our team is small. The success of this program depends on the participation of passionate volunteers across the Ontario range of the WCF. In 2020 the program’s dedicated volunteers detected WCF at 291 locations, and we hope to find even more this year! We have recruited hundreds of volunteers to conduct surveys across the range. However, we are currently lacking volunteers in the northern extent of their range (see map below).



The brown shading indicates areas where additional surveyors are required for the new long-term western chorus frog monitoring program.

Volunteers need only choose the number of sites they wish to survey, the distance they are willing to travel, and to conduct 5-minute auditory surveys 3 times during the calling period (March – early June). If you are located in the program gap areas, Blazing Star Environmental invites you to join the chorus this spring by volunteering with the WCF long-term monitoring program! For more information about volunteering with the program including important COVID-19 measures email info@blazingstar.ca


À la recherche de bénévoles pour surveiller la limite septentrionale de l’aire de répartition de la rainette faux-grillon de l’Ouest



Photo : Annie Langlois | ffdp.ca

La rainette faux-grillon de l’Ouest fera bientôt son apparition – nous avons besoin de VOUS!

Avec l’arrivée du printemps, nous entendrons bientôt le chant de la rainette faux-grillon de l’Ouest dans ses terres humides de reproductions du sud-ouest de l’Ontario. Au cours des trois dernières années, Blazing Star Environmental, le Service canadien de la faune et l’Université Trent ont uni leurs efforts pour mettre sur pied un programme de surveillance bénévole à long terme de la rainette faux-grillon de l’Ouest en Ontario. Le programme a vu le jour en 2020, et nous sommes heureux d’annoncer qu’il sera de retour au printemps de 2021!

L’évaluation des populations de rainettes faux-grillons de l’Ouest pose problème, car leur répartition est vaste et la période de chant de cet amphibien est courte. Bien que l’équipe de Blazing Star Environmental soit déterminée, elle est petite. Le succès du programme dépend de la participation de bénévoles passionnés sur l’ensemble de l’aire de répartition de cette grenouille en Ontario. En 2020, les bénévoles ont trouvé des rainettes faux-grillon de l’Ouest dans 291 endroits, et nous espérons en trouver encore plus cette année! Nous avons recruté des centaines de bénévoles pour mener des enquêtes un peu partout, mais il nous manque encore des bénévoles situés à la limite septentrionale de l’aire de répartition indiquée sur la carte ci-dessous.



Les parties brunes représentent les régions où nous avons besoin d’évaluateurs additionnels pour le programme de surveillance à long terme de la rainette faux-grillon de l’Ouest.

Il revient aux bénévoles de choisir le nombre de sites qu’ils souhaitent surveiller et la distance qu’ils souhaitent parcourir. Ils doivent ensuite mener une enquête de 5 minutes à trois différentes occasions durant la période de chant nuptial (du mois de mars au début de juin). Si vous êtes situé dans une des régions où il manque des bénévoles, Blazing Star Environmental vous invite à vous joindre à notre équipe ce printemps. Pour obtenir de plus amples renseignements, y compris les consignes de sécurité relatives à la COVID-19, envoyez un courriel à info@blazingstar.ca.

Posted on March 04, 2021 22:06 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

February 24, 2021

Discovering the World of Animal Tracks

By/Par Chad Clifford


Getting Started


Identifying tracks to the species level is much easier if you first look for certain clues. Those clues are not usually found in the track. Only one in 100 tracks show clear detail (like toe or nail marks). By far, the two most useful clues to look for are (a) the track pattern of the animal and (b) the overall trail width that the pattern makes. The track pattern diagram shown here highlights both. With just these two clues and a little practice, you will be able to tell the difference between similar species, such as the mouse and the vole.

Read more >

À la découverte du monde du pistage d'animaux

Pour commencer

Il est plus facile d’identifier l’espèce de l’animal qui a laissé une piste si on trouve d’abord certains indices. Ces indices ne se trouvent habituellement pas dans les traces elles-mêmes. Seulement une trace sur cent permet de percevoir clairement des détails comme des marques d’orteil ou d’ongles. Les deux indices les plus utiles, et de loin, sont (a) la forme d’ensemble de la piste de l’animal et (b) la largeur générale de la piste laissée par l’animal. Le diagramme de pistes montré ici illustre les deux. Avec ces deux seuls indices et un peu d’entraînement, vous serez capables de distinguer les traces d’espèces similaires, comme la souris et le campagnol.

Plus >

Posted on February 24, 2021 16:38 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

February 19, 2021

What Can iNaturalist Tell Us About Nighthawks in Canada?

By/Par Thomas Farquharson


While iNaturalist provides a way to log and track sightings it also collects valuable data.


As part of my Canadian Conservation Corps work, my colleagues and I were tasked with producing a report using the data available to us through iNaturalist.ca on a species at risk within Canadian.

Common Nighthawk


For my report I chose to study the Common Nighthawk. It is a rather unique species of bird. They are what is referred to as aerial insectivores, meaning they hunt insects while in flight. They do so at both dawn and dusk, and are aided by structures within their eyes called "tapetum lucidum," which allows for better vision in low light. I will confess that these attributes drew me towards doing an iNaturalist study on them.


Common Nighthawk (Source: iNaturalist, photo by Syd Cannings is licensed under CC-BY-NC)

Distribution


The Common Nighthawk is typically found across southern Canada with reaches into a small portion of the North (Yukon and Northwest Territories). Despite the fact that the Common Nighthawks range is vast there have only been 485 observations on iNaturalist.ca in Canada from 2008 until August 2020.



Distribution of the Common Nighthawk sightings across Canada. Image retrieved from iNaturalist Canada.

Season


According to the data available on iNaturalist.ca, the time in which the Common Nighthawk occurs in Canada varies greatly based on location. In Eastern Canada (provinces found east of Manitoba and south of Nunavut) sightings usually take place from mid-June until early to mid-September, which is approximately 90 days in length. In comparison, the Yukon and Northwest Territories have a vastly shorter season. The typical time frame in the North when the Common Nighthawk can be seen is from mid-June until mid-August, about 55 days in length.

Common Nighthawks in Ontario have the longest active season, approximately 120 days in length. In addition, Nighthawks in Ontario have been observed as early as May 4th and as late as October 20th. Typically it has been thought that the Common Nighthawk begins its migration south in August or September; a sighting in October may indicate that they stay in Canada longer than originally thought.

Data from iNaturalist.ca also lead to another exciting finding. The eastern limit of the Common Nighthawk within the Northwest Territories is around Hay River, a town southwest of Yellowknife. A Common Nighthawk was observed in the Northwest Territories on June 9, 2019 around Yellowknife (as can be seen in the image below). This sighting indicates that the range of the Common Nighthawk may actually extend farther east into the Northwest Territories than previously documented.



Observations of the Common Nightawk in northern Canada. The gray area represents the previously documented range while the arrow indicates the 2019 Yellowknife sighting.

I was lucky enough to see some awesome bits of information regarding the Common Nighthawk come to light through my iNaturalist project. It was a valuable experience as I learned a lot through the process of writing the report as well as from my Canadian Conservation Corps colleagues and supervisor.

If you are curious about the Canadian Conservation Corps program check out the website.

Que peut nous dire iNaturalist au sujet des engoulevents au Canada?

En plus d’offrir un moyen de consigner les observations d’espèces sauvages, iNaturalist permet de recueillir des données précieuses.

Dans le cadre du programme Corps de conservation canadien, mes collègues et moi-même avons été chargés de produire un rapport sur une espèce en péril au Canada à l’aide des données d’iNaturalist.ca.

Engoulevents d’Amérique

Pour mon rapport, j’ai choisi d’étudier les engoulevents d’Amérique. Ces oiseaux sont assez uniques. Ce sont des insectivores aériens, c’est-à-dire qui chassent les insectes en vol. Ils chassent à l’aube et au crépuscule, et sont aidés par des structures présentes dans leurs yeux, qu’on appelle « tapetum lucidum » et qui permettent une meilleure vision dans des conditions de faible éclairage. J’avouerai que ces attributs m’ont poussé à étudier ces oiseaux sur iNaturalist.



Engoulevent d’Amérique (Source : iNaturalist, photo de Syd Cannings, sous licence CC-BY-NC)

Répartition

Les engoulevents d’Amérique séjournent généralement dans le sud du Canada et leur aire de répartition s’étend dans une petite partie du nord du Canada (Yukon et Territoires du Nord-Ouest). Malgré la vaste étendue de leur aire de répartition, il n’y a eu que 485 observations d’engoulevents d’Amérique sur iNaturalist.ca au Canada de 2008 à août 2020.



Répartition des observations d’engoulevents d’Amérique au Canada. Image tirée de iNaturalist Canada.

Saison

Selon les données disponibles sur iNaturalist.ca, la période de présence des engoulevents d’Amérique au Canada varie considérablement selon l’emplacement. Dans l’est du Canada (à l’est du Manitoba et au sud du Nunavut), les observations d’engoulevents ont généralement lieu de la mi-juin jusqu’au début ou le milieu du mois de septembre, soit pendant environ 90 jours. En comparaison, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest connaissent une saison beaucoup plus courte. La période habituelle pendant laquelle les engoulevents d’Amérique peuvent être aperçus dans le nord s’étire de la mi-juin à la mi-août, soit pendant environ 55 jours.

L’Ontario compte la saison active la plus longue pour les engoulevents d’Amérique, soit environ 120 jours. De plus, des engoulevents ont été observés dans l’Ontario dès le 4 mai et jusqu’au 20 octobre. On estime généralement que les engoulevents d’Amérique commencent leur migration vers le sud en août ou en septembre. Toutefois, une observation faite au mois d’octobre pourrait indiquer que les engoulevents demeurent au Canada plus longtemps qu’on ne le pensait initialement.

Les données d’iNaturalist.ca mènent également à une autre découverte intéressante. La limite est des engoulevents d’Amérique dans les Territoires du Nord-Ouest se situe autour de de la ville de Hay River, au sud-ouest de Yellowknife. Un engoulevent d’Amérique a été observé dans les Territoires du Nord-Ouest le 9 juin 2019 à proximité de Yellowknife (comme le montre l’image ci-dessous). Cette observation indique que l’aire de répartition des engoulevents d’Amérique pourrait s’étendre plus à l’est dans les Territoires du Nord-Ouest que ce qui a été précédemment documenté.



Observations des engoulevents d’Amérique dans le nord du Canada. La zone grise représente l’aire de répartition précédemment documentée, tandis que la flèche indique l’observation réalisée à Yellowknife en 2019.

J’ai eu la chance de découvrir quelques informations intéressantes concernant les engoulevents d’Amérique grâce à mon projet sur iNaturalist. Ce fut une expérience précieuse, car j’ai beaucoup appris au cours de la rédaction de mon rapport ainsi qu’auprès de mes collègues et de mon superviseur du Corps de conservation canadien.

Si vous êtes intrigué par le programme Corps de conservation canadien, consultez le site Web.

Posted on February 19, 2021 20:50 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

December 23, 2020

New Goals for Citizen Science in 2021


The results are in. Despite the pandemic, or maybe because of it, 2020 was an amazing year for iNaturalist Canada, and experts are hopeful participation will continue to multiply.

“This is a huge increase from last year,” said James Pagé, species at risk and biodiversity specialist with the Canadian Wildlife Federation (CWF). “But we need to keep up the momentum in 2021.”

CWF has set a goal of five million observations by May 22, International Day of Biodiversity, and is hoping to see a real boost from the City Nature Challenge Canada taking place from April 30 to May 3. So far, 25 Canadian cities have registered. Find out more by visiting CityNatureChallenge.ca. “The observations gathered by everyday people are critical to our understanding of how the pandemic has affected the behaviors of wildlife and people,” Pagé, said.

There have been some significant finds on iNaturalist this year, such as the first occurrence in North America of the invasive Elm Zigzag Sawfly that is now being tracked to help prevent the species from taking hold in Canada.

Since its launch in 2015, iNaturalist Canada uptake has grown exponentially. Keeping with this trend, at the end of 2019 there were about two million observations and 60,000 people contributing. By the end of 2020, participation roughly doubled.

“The pandemic has encouraged the public to spend more time in nature and has allowed some wildlife populations to benefit from reduced traffic and noise,” Pagé said. Scientists continue to monitor populations and are relying on citizens to help be their eyes and ears in all the provinces and territories.
“As more and more people record their observations in iNaturalist Canada, we are making a difference for Canada’s wildlife by building a living record of life that scientists and environmental managers can use to monitor and conserve our biodiversity.”

Through the free iNaturalist app and iNaturalist.ca, the public can upload photos and sound recordings of wildlife and plants, which are then automatically identified and reviewed by experts online.

Des nouveaux objectifs du côté de la science citoyenne en 2021

Malgré la pandémie, ou peut-être à cause de celle-ci, l’année 2020 fut une année extraordinaire pour iNaturalist Canada, et les experts croient que le taux de participation va continuer d’augmenter.

« C’est une hausse énorme depuis l’an passé », exprime James Pagé, agent des programmes sur les espèces en péril et la biodiversité à la Fédération Canadienne de la faune (FCF). « Mais nous devons garder le rythme en 2021. »

Comme objectif, la FCF espère atteindre le cap des cinq millions d’observations d’ici le 22 mai, Journée internationale de la biodiversité; elle compte également sur le Défi nature urbaine qui aura lieu du 30 avril au 3 mai pour lui donner une bonne poussée. Jusqu’à présent, 25 villes canadiennes s’y sont inscrites. Pour plus de détails, visitez le Definatureurbaine.ca.

« Les observations recueillies par monsieur et madame Tout-le-monde sont essentielles pour comprendre l’effet que la pandémie a eu sur le comportement de la faune et sur celui des gens », ajoute M. Pagé.

Il y a également eu d’importantes découvertes sur iNaturalist cette année, comme la première apparition en Amérique du Nord de la tenthrède en zigzag de l'orme, une espèce envahissante. Cette espèce est maintenant suivie de près dans le but de l’empêcher de se propager au Canada. Depuis son lancement en 2015, l’usage d’iNaturalist Canada a augmenté de façon exponentielle. Effectivement, à la fin de 2019, on comptait environ deux millions d’observations et 60 000 usagers; le taux de participation a presque déjà doublé depuis ce temps-là.

« En raison de la pandémie, beaucoup de gens ont passé plus de temps dans la nature. La faune, de son côté, a su profiter de la réduction de la circulation et du bruit », explique M. Pagé. Les scientifiques continuent ainsi à surveiller les populations fauniques et floristiques et comptent sur l’apport des citoyens dans chaque province et territoire. « Comme il y a de plus en plus de gens qui enregistrent leurs observations dans iNaturalist Canada, ceci nous permet d’agir concrètement en faveur de la faune : nous sommes en train d’établir un registre vivant de la nature que les scientifiques et gestionnaires environnementaux peuvent utiliser pour surveiller et conserver notre biodiversité. »

Avec l’application gratuite iNaturalist et iNaturalist.ca, le public peut télécharger des photos et des enregistrements sonores de la faune et de la flore, qui sont ensuite automatiquement identifiés et vérifiés par des experts en ligne.

Posted on December 23, 2020 19:45 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

November 24, 2020

What Can iNaturalist Tell Us About Monarchs in Canada?


By Sara Cecile

Most people can identify the tell-tale orange and black patterns of a Monarch Butterfly, a staple species in Canada.


But did you know that this beautiful butterfly is also at risk? The Monarch is assessed as Endangered by the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC).



A Monarch Butterfly observation from iNaturalist user Paul Tavares.

The Monarch Butterfly is a unique species which migrates annually from breeding grounds in southern Canada to its overwintering habitats in the south. There are two Canadian populations of Monarch: the western population, which breeds in B.C. and migrates to California, and the eastern population, which is distributed from Alberta to the Maritimes and overwinters in Mexico.


Monarch migration pathways
Monarch migration pathways.

This impressive insect faces many threats and is in need of conservation action. In an attempt to discover more about the Monarch Butterfly in Canada, I reviewed the current data available on iNaturalist (a citizen science project that documents wildlife) to see if I could find any patterns or interesting information about this species at risk. Here’s what I found.

There have been over 13,000 observations of Monarchs in Canada on iNaturalist!



Map of Canada showing all iNaturalist research grade observations of Monarchs in Canada 2008-2020
Map of Canada showing all iNaturalist research grade observations of Monarchs in Canada 2008-2020.

This is an amazing number of observations. Due to an exponential increase in iNaturalist observers over time, the number of observations of Monarchs in Canada have greatly increased over the years. As a potential result of this increase, the active season of the Monarch in Canada has been observed getting longer each year, with sightings as early as April and sometimes lasting into November.


Number of research grade observations of Monarchs in each province from 2008-2020
Number of research grade observations of Monarchs in each province from 2008-2020.

Some of the locations of observations were surprising, as Monarchs were sighted in areas outside of their normal Canadian range. One of the sightings was in Gros Morne National Park, Newfoundland. Yes, Monarchs crossed the Atlantic to reach the island of Newfoundland! Another Monarch was observed in northern Ontario near James Bay! The northernmost observation was near Edmonton, Alberta.

The number of Monarch observations in Canada weren’t as high in 2020 as they were in 2019.



Number of iNaturalist research grade observations of Monarchs in Canada each year from 2008 to 2020.
Number of iNaturalist research grade observations of Monarchs in Canada each year from 2008 to 2020. Note that 2020 observations only include up to the end of July.

Comparing the number of observations from January to mid-September for 2019 and 2020, there are about 1,000 fewer observations in 2020. This defies the general trend of increasing observations annually, begging the question if 2020 was not a great year for the Monarch.

How To Help


There are many ways you can help the Monarch and help monitor this species. You can start by further educating yourself, as there are many resources available to you online including Hinterland Who’s Who, Monarch Watch, Monarch Joint Venture, Journey North, and Mission Monarch.

Monarchs depend on milkweed plants to lay their eggs on and feed them in their caterpillar stage, so planting local species of milkweed is an action you can take to help the Monarch. You can also plant other native wildflowers that produce nectar for the adult Monarchs to feed on.

Check out our blog on how to create your own mini Monarch meadow! Want to contribute to science? You can by documenting your observations of Monarchs using iNaturalist.

Qu’est-ce qu’iNaturalist peut nous dire au sujet du papillon monarque au Canada?

Par Sara Cecile

La plupart des gens peuvent identifier les motifs noirs et orange du papillon monarque, une espèce emblématique du Canada.

Mais saviez-vous que ce magnifique papillon est aussi une espèce en péril? Le monarque est désigné comme étant une espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).


Un papillon monarque
Un papillon monarque enregistré par l’utilisateur d’iNaturalist Paul Tavares.

Le papillon monarque est une espèce unique qui migre annuellement de ses aires de reproduction dans le sud du Canada vers ses habitats d’hivernage dans le sud. Il y a deux populations canadiennes de monarques : la population de l’ouest, qui se reproduit en C.-B. et migre vers la Californie, et la population de l’est, répartie de l’Alberta jusqu’aux Maritimes, qui se rend au Mexique l’hiver.


Voies migratoires du papillon monarque.
Voies migratoires du papillon monarque.

Cet impressionnant insecte est confronté à de nombreux défis. Nous devons agir maintenant pour le conserver. Afin d’en apprendre plus sur le papillon monarque au Canada, j’ai examiné les données disponibles dans iNaturalist (un projet de science citoyenne qui consigne les animaux sauvages) pour voir s’il existait des tendances ou des renseignements importants sur cette espèce en péril. Voici ce que j’ai trouvé.

Il y a plus de 13 000 observations de monarques au Canada dans iNaturalist!


Carte du Canada qui indique toutes les observations de papillons monarques de calibre «  recherche » au Canada dans iNaturalist de 2008 à 2020.
Carte du Canada qui indique toutes les observations de papillons monarques de calibre « recherche » au Canada dans iNaturalist de 2008 à 2020.

C’est beaucoup d’observations! En raison de l’augmentation exponentielle d’observateurs dans iNaturalist au fil des ans, le nombre d’observations de papillons monarques s’est accru. Comme résultat potentiel de cette augmentation d’observations, la saison active des monarques au Canada semble être plus longue tous les ans, des observations ayant été enregistrées aussi tôt qu’avril et aussi tard que novembre.


Nombre d’observations de papillons monarques de calibre « recherche » dans chaque province de 2008 à 2020.
Nombre d’observations de papillons monarques de calibre « recherche » dans chaque province de 2008 à 2020.

Certains des endroits où l’on a observé des monarques étaient étonnants, car ils étaient à l’extérieur de leur aire de répartition habituelle. Une des observations était dans le parc national du Canada Gros Morne à Terre-Neuve-et-Labrador. Oui, le monarque avait traversé l’Atlantique pour se rendre sur l’île de Terre-Neuve! Un autre monarque a été observé dans le nord de l’Ontario près de la baie James! L’observation la plus au nord été à Edmonton en Alberta.

Le nombre d’observations de papillons monarques au Canada était moins élevé en 2020 qu’en 2019.


NuNombre d’observations de papillons monarques de calibre « recherche » au Canada dans iNaturalist de 2008 à 2020
Nombre d’observations de papillons monarques de calibre « recherche » au Canada dans iNaturalist de 2008 à 2020. Il est à noter que les observations affichées pour 2020 s’arrêtent à la fin de juillet.

En comparant le nombre d’observations de janvier à la mi-septembre de 2019 et de 2020, on remarque qu’il y a environ 1 000 observations de moins en 2020, ce qui va à l’encontre de la tendance générale de l’augmentation du nombre d’observations annuellement et nous mène à penser que 2020 n’a pas été une très bonne année pour le monarque.

Façons d’aider

Il y a plusieurs façons d’aider le monarque et de surveiller l’espèce. Vous pouvez commencer en vous renseignant davantage. De nombreuses ressources sont accessibles en ligne, dont Faune et flore du pays, Monarch Watch, Monarch Joint Venture, Journey North et Mission Monarch.

Le monarque dépend de l’asclépiade pour pondre ses œufs et le nourrir au stade de chenille. Vous pouvez donc en planter pour aider ce papillon. Vous pouvez aussi cultiver d’autres fleurs sauvages qui produisent du nectar comme source de nourriture pour le papillon adulte.

Consultez notre blogue sur la façon de créer votre propre petit pré pour le papillon monarque! Voulez-vous contribuer à la science? Vous pouvez consigner vos observations de monarques dans iNaturalist.

Posted on November 24, 2020 15:13 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

October 15, 2020

An Amateur’s Appreciation of iNaturalist Can Lead to Professional Insights | On peut se servir d’iNaturalist comme amateur et en tirer des perspectives professionnelles


By Kim MacDonald

Thanks to COVID-19, my outings have been limited to walks around my neighbourhood for months.


I have a dog, so this isn’t exactly unusual. But it’s forced me to pay attention to my surroundings and realize that I have very limited knowledge about nature. Sure, I can tell the difference between a maple tree and an oak, but so can most fifth graders.

This is where the iNaturalist app comes in. Rather than wondering “what is that ugly weed?” I can snap a photo of it with the app and find out immediately. I’ve learned that there are a lot of invasive species in my local woods, by the way. I’m not sure if I should be worried, but it seems ominous.

The app is also good for when I come home late at night and notice a giant bug on my front step guarding the door like a sentry. What could THAT be? No need to wonder. I just creep up slowly with my phone and take aim. Instantly, I’m told it’s a cicada. Whew! Nothing to worry about.

I was FaceTiming with my daughter who mentioned an alien bug, which she had never seen before and by whom she was quite alarmed. “Send me a picture!” I told her. I uploaded her photo into the iNaturalist app and voila! It determined that what she had seen was a Pelecinid wasp. I can say with confidence that is even creepier than the cicada.

My neighbours have gardens. Their flowers and vegetables like to make their way on to our side of the fence. I have no problem with this since it adds some greenery to our relatively stark backyard. I have a pool surrounded by concrete. This is a great app to figure out what your neighbours are growing and unintentionally sharing with you. It looks like I have some beans and a few broad-leaved sweet peas to enjoy.

buckthorn
Buckthorn | Kim MacDonald, iNaturalist.ca

Recently, someone tweeted to me a picture of an insect and they asked me if I knew what it was. Why they asked me, I can’t tell you. I suppose since I talk about the weather for a living, they figure I know a thing or two about nature as a whole. Now that I have iNaturalist, I feel as though I am an expert! Turns out that B.C. bug was a Western Conifer Seed Bug and the person on Twitter was, from what I could tell, duly impressed.

This is a pretty fun app. It educates and gives you instant gratification. It’s also used for collecting information. The kind of data conservationists can really use to determine how species are doing and where they are showing up. Now, I’m not only helping myself but in a very real way, I’m helping the planet.

If you find yourself sticking to your neighbourhood like I am these days, do yourself a favour and download iNaturalist. You can document all the flora and fauna around your home, knowing that you are an unofficial scientist and playing an important role in conservation. You’ll also have a better answer to the question, “What did you do during the pandemic?” than binge watched Tiger King and Too Hot To Handle.

Par Kim MacDonald

Grâce à la COVID-19, mes sorties se limitent depuis des mois à des marches dans mon quartier.

J’ai un chien, alors ce n’est pas vraiment inhabituel. Mais ça m’a obligée à porter attention à mon environnement et à me rendre compte que ma connaissance de la nature est très limitée. Certes, je peux distinguer un érable d’un chêne, mais la plupart des élèves de cinquième année en sont également capables.

C’est là qu’intervient l’application iNaturalist. Plutôt que de me demander : « C’est quoi, cette mauvaise herbe moche? », je peux en prendre une photo avec l’application et le savoir immédiatement. D’ailleurs, j’ai appris qu’il y a beaucoup d’espèces envahissantes dans les bois de ma région. Je ne sais pas trop si je dois m’inquiéter, mais ça ne semble pas de bon augure.

L’application est aussi utile quand je rentre tard à la maison et aperçois un insecte géant qui se tient devant ma porte d’entrée comme une sentinelle. Qu’est-ce que ça peut bien être? Pas besoin de m’interroger longtemps. J’ai juste à m’approcher tout doucement avec mon téléphone et à viser. Instantanément, on me dit que c’est une cigale. Fiou! Aucune raison de m’inquiéter.

Pendant une conversation FaceTime, ma fille m’a mentionné une bibitte qu’elle n’avait jamais vue avant et devant laquelle elle était fort alarmée. « Envoie-moi une photo! », lui ai-je dit. J’ai téléversé sa photo dans l’application iNaturalist et le tour était joué! Ça a déterminé qu’elle avait vu une guêpe pélicinide. Je peux vous dire sans hésiter que c’est encore plus épeurant qu’une cigale.

Mes voisins ont des jardins. Leurs fleurs et leurs légumes se disséminent volontiers de notre côté de la clôture. Ça ne me pose pas problème puisque ça ajoute un peu de verdure dans ma cour qui en manque. J’ai une piscine entourée de béton. L’application est excellente pour savoir ce que vos voisins cultivent et qu’ils partagent avec vous de manière non intentionnelle. Il semble que j’ai la chance d’avoir quelques fèves et quelques pois vivaces.


buckthorn
Buckthorn | Kim MacDonald, iNaturalist.ca

Récemment, quelqu’un m’a présenté une photo d’un insecte sur Twitter en me demandant si je savais ce que c’était. Je ne pourrais vous dire pourquoi cette personne s’est adressée à moi. Peut-être que le fait que je gagne ma vie en parlant de la météo l’amène à supposer que je m’y connais un peu en ce qui a trait à la nature dans son ensemble. Maintenant que j’ai iNaturalist, je me sens comme une experte! L’insecte en question, de Colombie-Britannique, s’est révélé être une punaise occidentale des cônes, et la personne qui s’était adressée à moi sur Twitter m’a semblé assez impressionnée.

C’est donc une application pas mal intéressante. Elle renseigne et vous donne immédiatement satisfaction. On s’en sert aussi pour recueillir des informations. Le type de données que les défenseurs de l’environnement peuvent réellement utiliser pour déterminer comment se portent les espèces et où on les trouve. Je fais ainsi quelque chose d’utile non seulement pour moi, mais, de manière bien réelle, pour la planète.

Si vous non plus vous ne quittez pas votre quartier ces temps-ci, faites-vous le plaisir de télécharger iNaturalist. Vous pourrez identifier toutes les espèces végétales et animales que vous voyez autour de chez vous, en sachant que vous exercez une activité scientifique à titre non officiel et jouez un rôle important pour la conservation. Vous aurez aussi, à la question « Qu’avez-vous fait durant la pandémie? », une meilleure réponse que celle d’avoir regardé tous les épisodes d’Au royaume des fauves et de Séduction haute tension.

Posted on October 15, 2020 18:18 by cwf_tobi cwf_tobi | 0 comments | Leave a comment

October 01, 2020

Science in Action: Random Find on iNaturalist Leads to Huge Discovery | La science en action : une observation fortuite dans iNaturalist mène à une découverte d’importance


Picture this: a person walks past a tree with a leaf that has been obviously chewed by an insect.

They snap a photo of a pretty distinctive zigzag pattern that it made and posts it on iNaturalist.ca. The person has no idea what it might be and hopes maybe the iNaturalist community might be able to help.



Observation by Alain Hogue

The observation catches the attention of an entomologist who then shows it to an expert in Germany and another in the United States. Turns out this random find is the discovery of the first ever occurrence of the invasive Elm Zigzag Sawfly in North America. As if elm trees needed another pest to deal with after Dutch Elm Disease having worked away on these trees since the 1940’s.

The agency in charge of invasive species that attack plants (the Canadian Food Inspection Agency, aka CFIA) caught wind of this find. In response, it set up monitoring traps and confirmed the presence of the insect. On the observation post, the Agency thanked the iNaturalist observer.

“We are looking into its distribution in Canada. iNaturalist community has been tremendously helpful!” ~Natural Resources Canada

Natural Resources Canada has published information about the Zigzag Sawfly and this find in their Simply Science magazine to encourage others to keep an eye out for this potential pest. This species naturally occurs in Asia and was found to be introduced in Europe in 2003, where it has since become established.

The Value of iNaturalist

This is iNaturalist in action. Its participants are helping Canada’s wildlife. Even a seemingly insignificant observation can lead to a major discovery.

Detecting new invasive species early on before they take hold is critical to curb their spread before they become unmanageable.

As for the observer, he has inspired others (including a scientist at the Montreal Insectarium) to take a second look at elm leaves. There are now 13 observations of the Elm Zigzag Sawfly in North America, all centered around southern Quebec.

We can all help track and curb the spread by checking any elm leaves you see and reporting these distinctive zigzag patterns using iNaturalist.ca or the free iNaturalist app.

Beyond that, all your observations contribute to the knowledge of Canadian biodiversity. You never know when one of your observations may turn out to be a momentous discovery.


Imaginez : vous passez à côté d’un arbre avec une feuille qui a été rongée par un insecte.

Vous prenez une photo du motif distinctif en forme de zigzag et vous la téléchargez dans iNaturalist.ca. Vous n’avez aucune idée de quoi il s’agit, et vous espérez que quelqu’un dans iNaturalist pourra vous aider.



Observation par Alain Hogue

L’observation retient l’attention d’un entomologiste qui la montre à un expert en Allemagne et un autre aux États-Unis. Il s’agit de la première occurrence en Amérique du Nord de la tenthrède en zigzag de l'orme, une espèce envahissante. Comme si l’orme avait besoin d’un autre fléau après avoir lutté contre la maladie hollandaise de l’orme depuis 1940.

L’organisme responsable des attaques d’espèces envahissantes contre les plantes indigènes (l’Agence canadienne d’inspection des aliments – ACIA) a eu vent de l’observation. En réponse, il a installé des pièges et a confirmé la présence de l’insecte. L’ACIA a même remercié l’observateur dans iNaturalist.

« Nous examinons sa répartition au Canada. La communauté iNaturalist a été extrêmement utile. » Ressources naturelles Canada

Ressources naturelles Canada a publié de l’information sur la tenthrède en zigzag de l'orme dans le magazine La science simplifié pour encourager les gens à garder les yeux ouverts pour cet insecte potentiellement nuisible. Il s’agit d’une espèce indigène de l’Asie qui a été introduite en Europe en 2003, où elle s’est depuis établie.

La valeur d’iNaturalist

Cette histoire est une histoire d’iNaturalist en action. Les observations apparemment fortuites de particuliers téléchargées dans iNaturalist peuvent mener à des découvertes d’importance.

Il est essential de découvrir les nouvelles espèces envahissantes tôt, avant qu’elles ne s’enracinent ici.
L’observateur, quant à lui, a inspiré d’autres personnes (y compris un chercheur de l’Insectarium de Montréal) à observer les feuilles d’orme. Il y a maintenant 13 observations de tenthrèdes en zigzag de l'orme en Amérique du Nord, toutes dans le sud du Québec.

Nous pouvons surveiller l’infestation de cet insecte et la freiner en examinant les feuilles d’ormes et en téléchargeant nos observations dans iNaturalist.ca ou l’application gratuite d’iNaturalist.
Des plus, vos observations dans l’ensemble contribuent au corpus de connaissances sur la biodiversité canadienne. Vous ne savez jamais quand une de vos observations pourrait devenir une découverte monumentale!

Posted on October 01, 2020 02:41 by cwf_tobi cwf_tobi | 2 comments | Leave a comment